Patrimoine

Peixateries Velles


  • MALGRAT-221
  • MALGRAT-225
  • MALGRAT-228
  • peixetaries-velles
  • MALGRAT-222
  • MALGRAT-223

Histoire à l'état pur

HISTOIRE

Les premiers enregistrements sur le commerce des biens de consommation de première nécessité à Malgrat de Mar remontent à la charte de peuplement, où monsieur Felix Paradeda (1915) a précisé que le monopole des boulangeries, des tavernes et des charcuteries était détenu par les seigneurs du château de Palafolls. Par la suite, le droit de contrôler ce commerce a été transféré au conseil municipal. Toutefois, de l’antiquité, les marchés et les foires avaient également été quelques-uns des principaux endroits où aller acheter de la nourriture ou d’autres produits. Normalement, ils avaient lieu les jours des fêtes : à Malgrat de Mar, par exemple, ils étaient organisés le jour de Saint Antoine le Grand.

En ce qui concerne le marché quotidien, il était assez désorganisé jusqu’à la fin du XIXe siècle. Camil Oliveras l’a écrit en 1890 dans le rapport du projet pour la construction d’un nouveau bâtiment pour les charcutiers. Les vendeurs de viande et de poisson s’arrêtaient là où ils le pouvaient et, quand il faisait mauvais temps, ils s’abritaient sous les porches et les entrées des maisons. Toutes ces lacunes ont amené le conseil municipal à envisager la nécessité de construire un marché municipal en utilisant une partie du terrain qu’il venait d’acheter pour construire une nouvelle mairie, où la rue Bellaire et la rue Carme convergent.

En 1890, Camil Oliveras Gensana, camarade de classe et collègue d’Antoni Gaudí, a rédigé un rapport soutenant le projet qui décrivait le plan et l’apparence du futur marché. Selon ce document, il fallait exproprier la parcelle qui se trouvait devant le terrain susmentionné (où la pharmacie Viladevall est placé de nos jours) pour y placer les poissonniers, à condition que le propriétaire de cette parcelle puisse construire au deuxième étage. Les boucheries devaient être élevées sur les 324 m² qui restassent de la construction de la mairie. Le projet a été approuvé en janvier 1891 et le 7 février de la même année, les travaux ont été attribués.

Plus tard, en 1926, on a décidé de couvrir le passage jusqu’alors découvert. Celles que l’on connaissait sous le nom populaire d’Anciennes poissonneries ont subi une rénovation en 1968 pour s’adapter aux temps modernes et accueillir d’autres types d’étales : comme des vendeurs les légumes secs cuits ou des congelés. Jusqu’au 14 juillet 1991, on y a trouvé les étales de poissons, de viandes et de légumes, qui étaient transférées vers les nouvelles installations du Marché Municipal.

ARCHITECTURE

Le projet initial de Camil Oliveras en 1890 comportait un passage découvert en plein air, comme l’actuel, qui séparait les boucheries, situées à côté de la Mairie, des poissonneries, où on conserve encore les pierres originales des étales de poissons. Les chariots qui fournissaient les stands avec des produits conduiraient le long du passage où les acheteurs marchaient aussi. Cet espace de 250 m² accueillait un total de 12 étales de poissons, de viandes et de légumes cuits. À noter, c’est le marbre et le travail de forge de style du XXe siècle à l’intérieur des stands.